Fatidique instant

Un témoignage poignant sur la maladie :

Autofiction dont le personnage principal, victime d’un infarctus du myocarde alors qu’il marche seul dans la pinède du Cap Ferret, retrace sa lutte farouche afin de recouvrer une vie presque normale. Cet homme, épris de nature, exprime ses inquiétudes, ses doutes, ses espoirs, parfois avec humour, parfois avec gravité, toujours avec réalisme…

Un roman d’amour de la vie ! 

Pour commander Fatidique Instant

 

 

Partageons quelques photos…

 

Les autres livres de José Casatéjada

  • Via Stevensonia : récit d’un voyage effectué dans les pas de Robert Louis Stevenson.
  • Via Compostela : récit de voyage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

2 commentaires sur “Fatidique instant

  1. « Fatidique Instant » de José CASATEJADA

    31 mai 2019 – Chronique de Caroline SYNAVE
    Blog « Entre Deux Livres » : https://simplement.pro/u/EntreDeuxLivres

    Mon ressenti : Mon passé de soignante m’oriente régulièrement vers des romans ou des té-moignages en lien avec la maladie. Ils m’aident à comprendre ce qui peut se passer et éclaire ma vision de la prise en charge du patient.

    Ce roman raconte les vacances de deux retraités, Joé et Sylvaine son épouse. Lors d’une ran-donnée, Joé ressent une douleur à la poitrine qu’il ne sait comment interpréter. Ce sera le début d’un grand chamboulement dans sa vie.

    Cette histoire me semble à la frontière du fictif et de la réalité, je pense, en effet, que le récit a de nombreux cotés autobiographiques, les émotions y sont très bien décrites de même que le cheminement de l’action. Le livre peut également servir d’outil de prévention. Quand on pense infarctus, on pense arrêt cardiaque, mais pas forcément, l’histoire de Joé en est la preuve. Il nous raconte son parcours médical, ses examens, toujours avec des mots accessibles à tous. Il relate également ses angoisses, ses espoirs, son traumatisme.

    La plume de l’auteur est très agréable, le style est recherché. Il sait très bien décrire les pay-sages, quand il nous emmène avec lui en randonnée, on sent son amour de la nature et de la vie.

    Bref, un livre que je vous conseille. Il peut vous éclairer sur l’infarctus, sa prise en charge et sur le ressenti du patient.

    Citation : « Enfin, nous rentrons chez nous. Rentrer chez nous, que l’expression est belle. Revenir avec plaisir dans l’intimité de notre espace de vie, matérialisé, façonné, décoré selon nos aspirations affectives, esthétiques. Retrouver ce toit à l’écart d’autrui, bâti jour après jour, embelli mois après mois, égayé année après année par les cris allègre de nos enfants, de nos petits-enfants. »

    Mots Clefs : Cœur / Randonnée / Soin / Patient / Maladie

    Ma note : 18/20

  2. LA DÉPÊCHE DU BASSIN N°1212 DU 15 AU 21 AOÛT 2019

    Rubrique : ON Y COURT
    Sous-rubrique : Livres
    Page : 27
    Article : M. François TABUTIAUX, correspondant à Andernos-les-Bains et Arès (Gironde)

    «FATIDIQUE INSTANT», DE JOSE CASATEJADA

    Le combat de José Casatéjada

    Victime d’un accident cardiovasculaire, l’auteur raconte son chemin entre hôpitaux et réadaptation. Ce livre est un témoignage qui pourrait être utile à toute personne victime d’un infarctus : par où passe-t-on, et comment se reconstruire après cette épreuve ? Dans son troisième livre, José Casatéjada raconte son expérience personnelle.
    Grand marcheur (ses deux autres opus racontent ses pérégrinations sur la route de Compostelle et sur les pas de Stevenson dans les Cévennes), c’est au cours d’un run entre le Cap-Ferret et Claouey qu’il est pris de douleurs gênantes dans la poitrine et dans les poignets. Mais il dit « être dans le déni » : non-fumeur, avec une vie saine, le sexagénaire veut ignorer cette sensation de mal-être. Pendant trois jours, jouant en fait avec sa vie, il feindra d’avoir une existence normale… Mais il faut se résoudre, et consulter. « Et là, coup de tonnerre ! Je faisais un infarctus ! Une coronaire bouchée à 90% et une autre à 60% ! » Commence alors la ronde de la maladie : l’univers clos de l’hôpital, les implantations de “stents”, les visites où il sent sa faiblesse de malade, la lente rééducation, le séjour en stage de réadaptation, et le retour progressif, et parfois douloureux, à la vie “normale”.
    Racontée à la troisième personne, dans un style simple et efficace, José Casatéjada, sans jamais tomber dans le pathos, va à l’essentiel : la vie est un combat, et il faut le gagner. [F.T.]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *