Balade en Saône-et-Loire, la Roche de Solutré

L’auto s’immobilise sur un parking, au pied du majestueux navire de calcaire. Altière, la proue blanche et ocre se dresse au-dessus des arpents de vignes qui, poussés par les vents venus du large vallon tout proche, donnent l’assaut à l’étrave écumante de verdure. Site emblématique à plus d’un titre et d’une vertigineuse beauté, la Roche de Solutré surplombe le village.

La balade commence en pente douce jusqu’au Musée départemental de Préhistoire. Un escalier de pierres sèches grimpe parmi des buis odorants, puis descend en gradins. Sous les chênes pédonculés et les genévriers, les bordures se parent d’inules jaunes. Nous empruntons le chemin de découverte qui conduit sur les hauteurs. Près d’un muret rongé de végétation, un chevreuil aux aguets détale, furtif et silencieux. Contournant la partie nord du massif, le sentier serpente à couvert sous des arbustes. A un détour, la Roche de Vergisson, cousine de la première, apparaît au milieu d’un panorama grandiose. Resplendissant sous le soleil, l’escarpement abrupt domine le village éponyme autour duquel s’étend le vignoble.

La sente rocailleuse monte entre le bord de la falaise et le plateau sommital que forment les pelouses calcicoles. Au-dessus des crêtes voisines, des buses planent en cercles ascendants. Parmi les graminées, les épis bleus des vipérines matures dodelinent de la tête au gré du vent. Au sol, les roches usées, par les fréquents passages des visiteurs, guident nos pas. Du haut de ces 493 mètres, la vue se projette aux quatre points cardinaux. Au nord, Vergisson, des monts, les vignes quadrillées de murgers. A l’est, la vaste plaine de la Saône avec en toile de fond, le Jura. A l’ouest, d’autres vignes, des forêts de feuillus et de conifères qui s’élèvent sur le front oriental du Massif Central. Au sud, encore des vignes, le village de Solutré-Pouilly, le mont Pouilly, cousin de la roche où nous sommes.

Debout sur la proue du vaisseau, face au vent, les bras écartés, regardez, je vole, je vole… Scène titanesque, sur cette mer insolite ! La descente s’amorce par un raccourci. Il est midi lorsque nous installons le pique-nique, à proximité de la Maison du Grand site. Accompagnés d’adultes, des enfants arrivent en nombre, pour se restaurer. Sortie scolaire de fin d’année, pour eux ! Bain de jouvence, pour nous !

 

José CASATEJADA